vendredi 27 juillet 2012

Au bord du grand lac, quand les bêtes sont couchées et les fauves endormis

Il était tôt. La rosée n'avait pas fini de sécher sur les bas-côtés du chemin. Un petit vent, très léger, faisait trembler les feuilles dans les grands arbres. Les bêtes avait quitté les rives du lac pour la douceur du couvert car déjà le soleil faisait savoir qu'il allait taper.



Je passais devant une de ces cantines un peu délabrées qu'on trouve disséminées, ici et là, dans ces parages et qui se remplissent à la nuit tombée pour ne se vider, ensuite, qu'au petit matin quand le chaland n'a pas décidé de prolonger son passage par un petit roupillon sur un banc, sous une table, au pied d'un de ces grands arbres ou sur l'herbe mouillée.



Le gars était tout ébouriffé, hagard. La bouche sûrement pâteuse, la voix éraillée, il dit à la fille, pas loin de présenter le même état, mais fille, qui passait un tête dans le coin qu'il venait de quitter : "Bouge pas ! Je vais secouer la frisée, j'arrive".



Les fauves dormaient. Ils avaient bien mangé.

mercredi 25 juillet 2012

L'aveugle

Il descend les escalators

Canne en avant

Un oeil mi-fermé

Et s'en va embrocher

La dame de devant

Direct dans le fondement.



Je trouve ça louche.

lundi 23 juillet 2012

Visual Crack

Inspiration, motivation, relaxation

&
(à s'écouter plein pot)







Poum, paf, pschitt

Je pourrais être dans le désert avec plus une goutte d'eau dans mes gourdes

Et mon chameau mort, étendu à mes pieds.



Probablement qu'il se jouerait là en moi des choses incroyables

Un feu d'artifice et puis plus rien.



Quelques fusées encore

Un final

Et le calme.

dimanche 22 juillet 2012

Un loup

On raconte des histoires

Pour expliquer les peurs du dehors

Mais : tout est à l'intérieur.

Une philosophie, pour anciens temps

Il avait du talent, l'argent lui était promis

Il était riche, les talents venaient à lui

Et au pauvre, le rêve et le détachement.

Il est - Patience

Bleu, bleu, bleu

On avait râlé

Il suffisait d'attendre.

Liberté

Du même bois

Faire une pirogue

Ou un pipeau.

Liberté (2)

Ou rien du tout.

Cordes

Tous pareils et si différents

Même capacité à résonner

Tonalités changeantes.

jeudi 19 juillet 2012

Deux mille ans, c'est quoi ?!

Le salaire de Zlatan Ibrahimovic au PSG. Une bonne grosse dizaine de millions annuels. On s'étonne, on polémique. On s'indigne, on s'insurge.

Quoi ? Les charges, les impôts seront payés. Quoi ? Les patrons du club font le pari du retour sur investissements, de la rentabilité. Quoi ? C'est indécent quand d'autres crèvent la dalle.

Depuis Rome, les jeux du cirque n'ont jamais aussi bien marché. On encense toujours les Dieux, demi-Dieux, Titans et autres étoiles de nos panthéons.

Voilà de quoi s'étonner, s'indigner, trouver motivation à s'élancer vers un ailleurs : en deux mille ans, aucun progrès. La société humaine aurait pu prendre le chemin du bien-être pour tous, de la suffisance et du partage, une orientation spirituelle, enthousiaste et joyeuse, une voie fraternelle, de bienveillance, de douceur, de tendresse et d'affection. Car elle en a faites des expériences, en a tentées des entreprises, en a vus des réussites et des échecs. Elle aurait dû être enseignée. Voilà qu'elle s'entête dans le matérialisme, s'arrête au culte des apparences, érige l'avoir, favorise la possession égoïste, institue la compétition, continue de démarquer les uns d'avec les autres en castes immuables.

Ceci écrit, deux mille ans, c'est pas grand chose. A l'oeil nu, rien ne nous distingue tellement du Romain. La toge est peut-être un peu plus sophistiquée. Ça la rend d'apparence plus désirable.

Et sans doute qu'à quinze millions, l'esclave reste l'esclave.

dimanche 15 juillet 2012

Pense-bête à usage des historiens et archivistes (des aiguilles)

Pense-bête à usage des historiens et archivistes (des chiffres)

Température extérieure : 16,6 C
Pression atmosphérique : 1016,3 hPa
Humidité extérieure : 72,0 %
Vitesse du vent : 5,9 km/h
Précipitations : averses.

Pense-bête à usage des historiens et archivistes (des adverbes)

Parfois, il fait beau
Souvent, il pleut.