jeudi 31 octobre 2013

J'hésite

Sous les éléments déchaînés

Pan sur la gueule

Rentrée dans les épaules.

Bien sûr

Sous les éléments déchaînés

Pan sur la gueule

D'un tel bois je me chauffe.

mercredi 30 octobre 2013

Épiphanie, une sorte, à nouveau

Déniché à partir d'une chronique radio dont le propos portait sur un festival (Pitchfork Music Festival), un groupe que je ne connaissais pas : Warpaint.

Écouté le morceau titre du prochain album.

M'a semblé un brin fleur bleue. Une brin fleur bleue et tendu.

J'avais ça dans les oreilles (à plein tube, ça va de soi) et je me disais que c'était là tout à fait le type de livre que j'avais envie de lire en ce moment.

lundi 28 octobre 2013

PA28.10.13.9


Un petit chat pour finir. Il faut toujours mettre un petit chat pour finir. Tout le monde aime les petits chats. Surtout les petits chats qui louchent.

PA28.10.13.8

 

PA28.10.13.7





dimanche 27 octobre 2013

vendredi 18 octobre 2013

En ces temps

En ces temps, il se pourrait que ce soit une prise de position politique. Rien n'est sûr. Les chaînes d'information en continue ont dépêché leurs meilleurs agents pour me faire parler. Ils campent devant ma porte, font le siège de la niche du chien, guettent le chat. Qu'est-ce que j'ai voulu entendre par là ? Mes parents étaient-ils gentils et attentionnés avec moi ? Est-ce que j'ai mal au coeur en voiture ? La DLC de mon bifteak d'hier était-elle encore valide ? Questionnée, la caissière de ma supérette l'a reconnu : "Il passe, deux ou trois fois par semaine. Toujours souriant, très poli. - Vous croyez que ça cache quelque chose ? - Je ne sais pas. Il porte souvent une casquette". A ce stade, les supputations vont bon train. On a cru voir un rideau voleter derrière une fenêtre à l'étage. Un nuage est passé dans le ciel. Quelqu'un a dit : "Il ne porte que des pulls bleus". Quelqu'un a nuancé : "Parfois, il en met un rouge". Le premier est revenu à la charge : "Il met surtout le bleu. Ou les bleus, car il en a plusieurs, et des semblables". Des oiseaux volent. L'huile et l'eau ne se mélangent pas. La piste a été abandonnée : elle ne menait à rien. Le ministre écourte sa visite et rentre dare dare. Quand même, la politesse, c'est jamais bon signe. Et la gentillesse, on n'en parle pas. Les voisins disent n'avoir à se plaindre de rien, c'est qu'ils ne doivent pas être au courant. Le rapport, demain sur son bureau. Le rapport de tout ce qu'il faut savoir. On va en apprendre ! On va voir ce qu'on va voir ! "Mais vous-mêmes, vous n'avez rien à dire ? Répondez à cette question : pourquoi est-ce que vous ne courez pas le 100m en moins de 10 secondes ? - Vous marchez sur mon lacet. - Ah oui, tiens ! Je fais mon métier, monsieur. N'esquivez pas ma question : pourquoi ? - Sur mon lacet ? - Si vous aviez des scratches, ça n'arriverait pas. Les gens qui n'ont rien à se reprocher ont des scratches. - Ou des pantoufles, sans doute ? - Exactement ! C'est très honorable, les pantoufles. - Et les bottes ? - Parfait, les bottes ! - Les pieds nus ? - Ah non, les pieds nus c'est pas bien, c'est vraiment pas bien du tout". En nombre, et pressés : "Qu'est-ce qu'il dit contre les pantoufles ? Oh ?! Il veut quand même pas marcher pieds nus ? Poussez pas derrière ! Allô Cognacq-Jay. Il faut que j'aille chez le dentiste en rentrant. T'en connaîtrais pas un bien ? On n'entend rien. Mon chef dit qu'il faudrait gratter la piste du chien. Il paraitrait qu'il le caresserait, des petites tapes sur la tête. Là. Comme ça. Tu vois ce que je veux dire ? Je pense bien. On n'a pas des lacets pour rien. Ouais, j'étais à Oslo cet été. Je t'ai pas raconté ?"

C'est à l'évidence une prise de position politique.

mercredi 16 octobre 2013

A la mémoire

Elle dit : "Il était monté sur le toit d'une bagnole. Il s'était foutu torse nu. Il faisait des pas de danse ; il s'allongeait ; il fumait ; il chantait elle ne se souvient plus quoi, à tue-tête elle se le rappelle très bien. Aux fenêtres des immeubles : plein de monde. Il levait les bras, sautait, criait. Il gueulait. Sur le toit de la bagnole. Quelqu'un a appelé les flics et les pompiers".
Elle dit : "J'ai souvent voulu écrire sur cette époque. Cette histoire et d'autres. Je n'ai jamais réussi".

Trop lourd pour elle.
Pour moi, bien loin.

Peut-être qu'on ne peut écrire que distant ?
Sans doute faut-il être prêt à ce que les mots ne parviennent pas à dire fidèlement et complètement.
Sans doute faut-il accepter qu'ils disent autre chose, qu'ils disent quelque chose de maintenant, qu'ils disent l'incomplétude, qu'ils disent l'incomplétude et notre accord avec elle, qu'ils fassent la différence entre l'hier et l'aujourd'hui et qu'ils disent la primauté du maintenant sur le souvenir, qu'ils disent que tout cela est OK.
Ils peuvent dire l'effort pour rester fidèle au souvenir ; ils doivent porter la marque d'une liberté révérencieuse, et dans cet espace porter le renouveau.
Peut-être qu'on écrit pour saisir l'instant, le mettre en forme et s'en décharger ; peut-être qu'on écrit pour se détacher ; peut-être.
Peut-être qu'on écrit pour se dire en vie, toujours. Et présent.

lundi 14 octobre 2013

Il ne faut pas croire

Rares sont ces fois où je rate une station

Mais quand ça m'arrive

Dieu soit loué, un peu de divertissement !

Vu de loin

Il avait pratiquement plus rien mangé et perdu pas mal de poids.

Il était resté cloîtré des jours durant ; il s'était enivré de soirées à ne plus dessaouler.

Le manque de repos, ou l'abattement.

La vivacité d'esprit, ou l'hébétude.



Il dit : "Quand elle est partie, je n'ai presque rien senti. Je ne dirais pas ni chaud ni froid mais ça ne m'avait pas ébranlé. J'avais à faire, j'allais de l'avant".



Il avait une faculté à réécrire l'histoire et à paraître y croire.

Ça me laissait coi.

dimanche 13 octobre 2013

jeudi 10 octobre 2013

Pataclop



Pataclop (2)




Popopop (3)


Popopop (2)


 




Parfois

Il la quitte.
Elle dit : "T'as pas le droit de me laisser tomber comme une vieille chaussette !" ou "Pourquoi t'es venu si tu pars ?"
Il dit : "..." ou "Je sais pas".
Elle claque la porte métallique de l'ascenseur. C'est elle qui part.
Il descend les escaliers, les marches quatre à quatre.
Des pas dans la cour. Précipités.
Plus tard, je les entends revenir. Ils rient.

Sans doute, il avait besoin de mesurer à quel point elle l'aime et quelle valeur il a à ses yeux.

jeudi 3 octobre 2013

On dirait

Notre expérience du monde n'est pas une perception de son existence mais la conscience de nos réactions à une réalité qui nous reste inaccessible.

C'est un rapport à.
C'est nous nous percevant, dans.