mardi 13 décembre 2016

Nous y étions (7)



Nous y étions (6)


Nous y étions (5)





Nous y étions (4)



Nous y étions (3)



Nous y étions (2)







Nous y étions

Nous y étions.

La terre avait sans doute arrêté de tourner. Le soleil nous faisait face, en plein. Et ça durait. L'air était dense, sec, chaud. La sueur trempait nos vêtements et les collait à nos peaux. Nous avions longtemps marché. L'océan était encore à quelques centaines de mètres. Nous l'entendions. Les vagues échouaient sur le sable, crevaient dans les rochers.

Jean avait dit : "Voilà !" Un oiseau était passé, le bleu du ciel même pas dérangé. On avait levé les têtes, mis la main au dessus de nos yeux. Jean avait dit : "On y est".

Jean était le seul qui parlait encore. Les autres, nous soufflions. Le sable était lourd à nos pieds qui s'enfonçaient, raclaient, grinçaient.

Une dune encore, la plus haute. Une dune près du soleil. Une dune dans l'air pas dérangé.

Et puis nous installerions de l'ombre, avec des branches et une toile. Et puis nous refroidirions le sable d'une autre toile. Et puis nous nous jetterions dessous et dessus. Et puis nous laisserions tomber nos vêtements et la sueur couler, librement. Et puis l'un ira toucher l'eau. Et un autre. Encore. Et nous y resterions, nous y resterions autant, malgré les vagues fortes. Nous gonflerions nos peaux d'eau fraîche et, remplies, nous irions les abriter à nouveau. Alors, nous déballerions les dattes, les abricots, les figues et le lait de coco.

Dans la montée vers le sommet de la dune, haute sous le soleil, c'est ce à quoi nous pensions. Nous y étions, à toucher cela.

mercredi 2 novembre 2016

Reprise

Nous marchions dans la rue, nous tenant par la main.
- "Ah ! Ah ! Ah !
- Pourquoi tu ris, papa ? demanda-t-elle.
- J'étais en train de réfléchir à ce que signifie, quand je marche, le fait que le temps n'existe pas. Qu'il n'y a qu'un déplacement dans l'espace.
- Ah ! Ah ! Ah !", fit-elle.

mercredi 7 septembre 2016

Promo

Un peu d'autopromo : Onfilm.photo

mercredi 17 août 2016

Un chemin




Musique, photographies, écriture
Emotions
Expression, contact/unité
Joie.

jeudi 14 juillet 2016

Bonjour


La vie toute entière n'est que la quête de soi.

Avant



On n'avait pas tellement où aller
On filait droit
L'air dans nos oreilles sifflait
La vitesse et un sourire
Whouhouhouhouhouhouhouhouhou...

vendredi 17 juin 2016

Je sais les gestes simples


Ses manches de pull à ses poignets
Ses doigts, agiles, aux ongles bien coupés
Un livre posé sur ses genoux
Et la frange sur ses yeux.

J'ai vu ça.
J'ai pensé : je sais les gestes simples.
J'ai pensé ça, même si ça paraît sans rapport.
C'est comme : on marche dans la rue - clac clac clac - et on se met à parler allemand - gut gut gut.
C'est la simplicité des choses qui vont ensemble.

mardi 17 mai 2016

Du dedans vers le dehors




Regarder, sentir, témoigner.

Quiétude




La vache se soucie-t-elle du train qui n'est pas encore passé ?

Ville





Des maisons accrochées aux flancs des collines
Ainsi que les arbres, qui vont par légions
Du soleil qui tape, en plein, droit
Ou sinon de l'ombre, fraîche et humide
Mais pas la mer, la mer qui donnerait
A ces collines, ces arbres et ces maisons
Avec ce soleil et cette ombre
Un air de sud plus au sud encore.

Ces endroits où l'on vit.

Fusée




Des éoliennes
Par dizaines
Brassent le bleu du ciel.

Voyage en train.

Coupole




On aime bien, je crois, le béton, le verre et l'acier.


Attrape-nigaud





Imparable.
Le coup du chat.
Le soleil n'est pas mal non plus, dans son genre.