vendredi 26 février 2016

Le mec, les pistes

Elle voulait le séduire
Et tentait de le faire
Par tous les moyens
Il ne montrait aucun intérêt
Il était là
Il parlait
Il se cassait
Rien n'était
Lui, rien
Alors que, elle
Qu'est ce qu'il avait
C'était pas normal
Elle s'en étonnait
D'habitude.

Elle disait
Des fois, le mec il brouille les pistes.


C'est étrange, les gens persuadés que les choses doivent se passer d'une certaine façon. Parce que c'est de cette façon qu'ils désirent voir les choses se passer. Oh, ça doit être une force, par certains côtés ! A force de poids et de pression, des trucs doivent bien se réaliser. Là, probablement qu'après un instant de contentement, ils se rendent compte qu'ils désiraient autre chose. Ou que ça n'apporte pas la satisfaction voulue. Et leur désir se remet en branle. Et leur volonté. Et leurs actions. Mais il faut aussi considérer le discours qui explique tout ça : les autres, les choses, les événements. Les autres dont le comportement et les actes ne sont pas conformes à cette réalité-là ; les choses dont la combinaison ne correspond pas à cette réalité-là ; les événements dont la survenue s'empêtre dans cette réalité-là. Les autres, les choses, les événements, l'inattendu.

Avec une photo de chevaux, on comprend mieux. Moi aussi, je brouille les pistes.



vendredi 19 février 2016

Les images et les mots

Elle a retiré ses lunettes, qui pendent dans sa main.
D'un doigt de l'autre, elle souligne le contour de son sourcil, va et revient.
Dans le sens et à rebrousse.
Son regard au loin, et dans ses pensées.
Parfois, ses lèvres s'animent.
Mouvement furtif, elle explique ou justifie.
Sa parole au loin, et dans ses pensées.
Les images et les mots, ici et là.
Les images et les mots, avant et après.
Et puis, le train entre en gare, elle se redresse et réajuste
Ses lunettes sur son nez
Noue son écharpe, remonte son col, enfonce son bonnet et quitte sa place
Les images et les mots
Déterminée.

Nous n'étions pas nombreux mais

Nous n'étions pas très nombreux hier soir pour le concert de David Lafore et c'était un peu à reculons que, car je ne le connaissais pas, ou mal. Mais...
Et ce n'est pas parce qu'on voyait ici ou là de ces têtes qu'également on apprécie.
C'est une recommandation, oui.

In the car
I'm the king
A king without queen...

En version acoustique, et sans chemise (mais ça semble être une habitude) :



jeudi 18 février 2016

Et là, tu vois quoi



(Tirages maison. Négatifs couleurs, chimie noir et blanc, papier Ilford)

Des immeubles en bord de mer.
Un voyage en train.
On rêvasse. On imagine.
La pampa, des cactus, des badauds et l'air froid.
Le ciel est bleu, le soleil donne.
On est couvert, on se réchauffe. On quitte nos blousons.
Regarde, ce sont des pins. Des jeunes pins qu'on vient de planter.
Et là, les rideaux sont tirés. Personne encore. C'est très calme. Les terrasses sont désertes.
C'est très calme, oui. Les choses reprennent leur souffle.
Restons avec elles.
Respirons.

Salsa




(Nikon F3, Agfa Vista 200)

Je te vois venir.
Quoi ?
Les indiens, du vaudou, un totem.
Pas grand monde sur la plage. Même les nuages, juste pour la poésie du ciel.
Le sable et la mer. La baignade et le surf. Une serviette passé sur les épaules. Et ça discute. Elle est bonne ! Après, je vais escalader la dune. Tu viens ?
Je sais pas si on a le droit. Les esprits.
Allez, déconne, c'est pour s'amuser ?!
Regarde, même les nuages contournent la zone.
...
Tu crois ?
Je sais pas.

Alors, t'avais vu venir ça ?

Tango




(Nikon F3, Agfapan APX 100)

Qu'est ce que ça dit ?
Y'a pas grand monde. Le manège est fermé. Bâché. Personne sur le banc. Vide. Rien.
Elle a pas l'air contente. On dirait qu'elle a la mine renfrognée. Elle attend. Il y a du vent.
Et voilà qu'elle y va. Pendant que lui s'assoit. Peut-être qu'il fait froid ?

Samba




(Nikon F3, Agfa Vista 200)


Et ils vont où les canards ?
Des cygnes !
Comme moi.
Devant.
Quant à toi ?
J'attends.
Et après, flop flop flop.
Devant.

Il n'y a qu'une direction.

mardi 2 février 2016

C'est pas le tapis qui fait du bruit, crois moi

C'est un regard lointain
Qui dit le long ennui
Et une mou rouge de lèvres
Qui dit l'incertaine attente.

(Quant au titre, vous lui demanderez ce qu'elle a voulu dire).